Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

ESET révèle une cyber-attaque principalement orientée vers le Pakistan à travers de faux documents PDF attachés

mai 2013 par ESET

ESET a découvert et analysé une cyber-attaque ciblée qui tente de voler des informations sensibles provenant de différentes organisations, notamment au Pakistan (avec une portée limitée dans le monde). Au cours de cette investigation menée par ESET, plusieurs pistes ont été découvertes qui indiquent que la menace est d’origine indienne et qu’elle sévit depuis au moins deux ans.

Cette attaque ciblée a utilisé un certificat de signatures de code délivré par une société apparemment légitime qui aurait produit des signatures binaires malveillantes et favorisé leur potentiel de propagation. La société est basée à New Delhi et le certificat a été délivré en 2011. Le malware se diffuse à travers des pièces jointes aux e-mails.

« Nous avons identifié plusieurs documents différents qui évoquent plusieurs thèmes susceptibles d’être attractifs pour les bénéficiaires. L’un d’eux concerne les forces armées indiennes. Nous n’avons pas d’informations précises quant aux personnes ou organisations qui ont été plus particulièrement touchées par ces fichiers, mais sur la base de nos enquêtes, nous formulons l’hypothèse que des personnes et des institutions au Pakistan ont été ciblées », a déclaré Jean-Ian Boutin, chercheur en malware chez ESET. Par exemple, l’un des fichiers PDF frauduleux a été diffusé par une archive auto-extractible appelée "pakistandefencetoindiantopmiltrysecreat.exe", et le système de supervision d’ESET montre que le Pakistan est fortement affecté par cette campagne avec 79 % des détections repérées dans ce pays.

Le premier vecteur de l’infection exploite une vulnérabilité largement utilisée et connue sous le nom CVE-2012-0158. Cette vulnérabilité peut être exploitée par des documents Microsoft ® Office spécialement conçus qui permettent l’exécution de code arbitraire. Les documents ont été transmis par email et le code malveillant s’exécute dès que le document est ouvert, sans que l’utilisateur de l’ordinateur attaqué s’en aperçoive. L’autre vecteur d’infection s’effectue via les fichiers exécutables Windows qui apparaissent comme des documents Word ou PDF diffusés par la messagerie. Dans les deux cas, pour échapper à la suspicion de la victime, de faux documents sont présentés à l’utilisateur lors de l’exécution.

Le malware a volé des données sensibles à partir d’ordinateurs infectés et les a envoyées vers les serveurs des attaquants. Il a utilisé différentes techniques de vols de données, parmi elles un keylogger, réalisant des captures d’écran et envoyant des documents de l’ordinateur infecté vers le serveur de l’attaquant. Fait intéressant, les informations volées à partir d’un ordinateur infecté ont été téléchargées vers le serveur de l’attaquant sans cryptage. "La décision de ne pas utiliser de cryptage est étonnante dans la mesure où cette opération est relativement simple à utiliser et aurait pu masquer davantage l’opération », ajoute Jean-Ian Boutin.

Une analyse technique complète est disponible sur le site WeLiveSecurity.com - la nouvelle plate-forme d’ESET dédiée à l’analyse des cyber-menaces et aux conseils de sécurité.

Noms de détection

C’est une menace multi-partie et multi-vectorielle, dont les noms des menaces attribués par ESET sont les suivants :

Win32/Agent.NLD worm

Win32/Spy.Agent.NZD Trojan

Win32/Spy.Agent.OBF Trojan

Win32/Spy.Agent.OBV Trojan

Win32/Spy.KeyLogger.NZL Trojan

Win32/Spy.KeyLogger.NZN Trojan

Win32/Spy.VB.NOF Trojan

Win32/Spy.VB.NRP Trojan

Win32/TrojanDownloader.Agent.RNT Trojan

Win32/TrojanDownloader.Agent.RNV Trojan

Win32/TrojanDownloader.Agent.RNW Trojan

Win32/VB.NTC Trojan

Win32/VB.NVM Trojan

Win32/VB.NWB Trojan

Win32/VB.QPK Trojan

Win32/VB.QTV Trojan

Win32/VB.QTY Trojan

Win32/Spy.Agent.NVL Trojan

Win32/Spy.Agent.OAZ trojan




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants