Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Dimension Data : Deux tiers des organisations ont adhéré à la démarche ITIL

avril 2008 par Dimension Data

La nouvelle étude publiée par Dimension Data révèle que 66% des organisations interrogées de par le monde ont adopté la méthodologie ITIL (Information Technology Infrastructure Library), un ensemble de bonnes pratiques régissant la mise à disposition des services informatiques. D’autres référentiels ITSM (IT Service Management) bénéficient également de taux d’adoption accrus, mais à des niveaux moindres.

L’étude en question a été réalisée en interviewant plus de 370 CIO de 14 pays représentatifs des cinq continents.

Scott Petty, Services Executive chez Dimension Data commente : "Jeter un pont entre les objectifs de l’entreprise et la technologie est au coeur des codes de bonnes pratiques ITSM. Aux quatre coins de la planète, les organisations commencent à se rendre compte du potentiel de ces bonnes pratiques et à examiner de plus près comment ces référentiels sont susceptibles d’améliorer leurs efforts informatiques."

M. Petty indique que si les perceptions et les taux d’adoption varient sensiblement entre zones géographiques, il semble bien que l’ITSM soit appelé à devenir de plus en plus une composante essentielle du business.

"Un nombre croissant d’organisations reconnaissent aujourd’hui le potentiel de l’ITSM dans la perspective d’un meilleur alignement stratégique entre l’informatique et leur business, d’une capacité accrue en projets d’innovation et d’une intégration plus étroite entre la technologie et leurs processus cruciaux pour la mission," ajoute M. Petty.

L’étude a également confirmé ce que beaucoup de professionnels de l’informatique savaient déjà : à l’échelon global, la démarche ITIL est reconnue comme standard de facto. Désormais largement acceptées en Europe, les pratiques recommandées ITIL sont actuellement en passe de devenir le cadre de référence ultime en matière d’ITSM dans la région Asie-Pacifique. La vague ITIL, qui a finalement atteint les rivages nord-américains il y a seulement quelques années, commence aussi à y afficher une montée en puissance.

Plus de deux tiers des CIO interrogés font état de leur adhésion au cadre de référence ITIL. En comparaison, les taux d’adoption des autres référentiels sont nettement en retrait : les chiffres concernant l’adhésion aux méthodologies MOF et Six Sigma sont respectivement de 47% et 41%. Pour Prince 2, ISO, CMMi, ASL, CoBIT et TQM, ils sont encore plus faibles, dans une fourchette allant de 28 à 34%. Quant aux référentiels Super et Agile, ils ferment la marche avec des taux d’adoption rapportés inférieurs à 20%.

Répondants ayant adhéré

Qui plus est, lorsqu’on demande aux mêmes CIO de noter sur une échelle de 1 à 5 les différents référentiels méthodologiques, s’agissant de leur portée, de leur clarté, de leur pertinence et de leur applicabilité, l’ITIL sort nettement du lot, avec une note moyenne globale de 3,0.

Un autre constat significatif de l’étude de Dimension Data est que la taille de l’organisation exerce une forte influence sur la popularité de l’ITIL et le désir de son CIO d’adopter ce référentiel. Les entreprises comptant moins de 100 employés – et qui disposent généralement d’une infrastructure informatique moins complexe – adhèrent ainsi rarement à la démarche ITIL, alors que 87% de entreprises de plus de 10.000 employés ont adopté ce référentiel.

"De manière évidente, les CIO des organisations disposant d’environnements informatiques plus complexes comprennent le rôle que l’ITIL peut jouer dans la perspective d’un fonctionnement efficace de l’informatique et de l’obtention de bénéfices tangibles pour le business. Mais on peut aussi, bien entendu, considérer que les organisations de plus grande envergure ont d’ordinaire des budgets informatiques plus importants, ce qui facilite les processus d’évaluation, d’approbation et d’implémentation," note M. Petty.

Mais pourquoi l’ITIL ? Ce qui distingue l’ITIL des autres référentiels est que son développement et ses révisions périodiques sont réalisées par un groupe d’experts indépendants des fournisseurs et voués à la promotion des bonnes pratiques dans le domaine informatique. Ensuite, avec son glossaire commun de termes prédéfinis, l’ITIL est en mesure d’éliminer le fossé communicationnel qui se creuse souvent du fait des terminologies incertaines utilisées par les différents groupes. Enfin, on ne doit pas nécessairement adopter chacune des parties du référentiel pour augmenter les bénéfices y afférents. Il est possible aux organisations – et cela est même recommandé par de nombreux experts – d’adopter une approche par étapes pour l’implémentation ITIL, plutôt que de s’embarquer dans un programme de déploiement par trop ambitieux.

"L’expérience de Dimension Data est que les clients trouvent aussi la méthodologie ITIL utile pour la gestion des relations internes et externes, dans la mesure où elle permet la création de définitions de services et d’un catalogue de services standard, et fournit aussi un mécanisme pour coordonner les transferts entre plusieurs organisations," conclut M. Petty.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants