Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Des comportements illégaux et contraires à l’éthique répandus dans les PME européennes

février 2018 par BSA (Business Software Alliance)

Une étude récente publiée par BSA | The Software Alliance révèle qu’environ un cinquième (15%) des employés des petites et moyennes entreprises (PME) en Europe ont connaissance de pratiques illégales ou contraires à l’éthiques se produisant actuellement sur leur lieu de travail.

L’enquête a recueilli les opinions d’environ 12 000 employés de PME au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne, en France, en Allemagne et en Pologne. Elle révèle ainsi que près de trois quarts (74%) des travailleurs européens interrogés déclarent avoir déjà signalé, ou le feraient si le cas se présentait, des pratiques illégales ou contraires à l’éthique constatées sur leur lieu de travail. Ce résultat sous-entend que sur le continent européen, il existe un courant de pensée favorable à la dénonciation de tels faits. Ansi, l’objectif est de servir de signal d’alarme auprès des dirigeants des petites entreprises afin qu’ils fassent de leurs entreprises, des lieux de travail exempts de comportements illégaux et contraires à l’éthique, tels que BSA | The Software Alliance les y encourage.

En effet, en France, 71% des employés indiquent avoir déjà signalé, ou le feraient le cas échéant, des pratiques illégales ou contraires à l’éthique constatées sur leur lieu de travail. A l’échelle européenne, ce chiffre atteint 74%.

Lorsqu’on leur demande ce qui les avait encouragé par le passé à révéler ces illégalités, 38% des répondants français indiquent comme facteur principal la conscience professionnelle, suivis de l’obligation morale pour 32% d’entre eux ou encore le fait d’obtenir une récompense financière pour 10% des sondés.

Ces chiffres sont en ligne avec la moyenne européenne, où 45% des employés pensaient que signaler des pratiques illégales ou non éthiques relevait d’une obligation morale, et où 42% avait révélé ces pratiques par conscience professionnelle. Seulement 14% déclarent avoir été motivés par une récompense financière.

D’autres informations notables concernant la France dévoilent que les scénarios ayant ou pouvant le plus inciter les salariés français à signaler un comportement illégal au travail sont la discrimination et le harcélement à 58%, le détournement de fonds à 50%, le vol de la propriété de l’entreprise à 46% et la fraude à 43%.

Il est intéressant de noter que les employés européens partagent globalement les mêmes valeurs, et qu’ils se sentent totalement légitimes à faire état de pratiques illégales ou contraires à l’éthique constatées dans leur entreprise. En effet, lorsque l’on pose la même question aux sondés européens, les réponses sont assez similaires. Deux tiers (66%) des employés mentionnent la discrimination ou le harcèlement, suivis de la fraude à 60%, l’évasion fiscale à 47% et le non-respect des normes et des standards de l’industrie à 40%.

Plus d’un tiers des employés européens (34%) sont prêt à signaler des pratiques informatiques illégales, telles que l’utilisation illégale de logiciels, de logiciels piratés ou non payés, ou encore le téléchargement depuis des sites suspects. En France, ce chiffre ne représente que 25% des répondants. De plus, en Europe, 12% des employés suspectent leur entreprise d’utiliser des logiciels non conformes, sans avoir acquitté les licences, alors qu’en France ce chiffre s’élève à 18%.

La BSA propose une récompense aux employés qui signalent l’utilisation par leur entreprise de logiciels non conformes. En règle générale, ceci conduit à un règlement du litige avec l’entreprise sur le plan juridique. Le nombre de rapports est passé d’environ 3900 en 2015 à plus de 4500 reçus à date en 2017. Pour les PME prises en défaut, ceci s’est traduit par environ 7 millions d’euros de frais juridiques et de recouvrement.

Sarah Coombes, Directrice Générale de l’entité Compliance and Enforcement chez BSA | The Software Alliance EMEA déclare : « Sachant que 74% des employés européens se déclarent prêts à dénoncer des pratiques illégales ou non conformes à l’éthique, les entreprises, petites ou grandes, devraient s’assurer que tout est en règle chez elles, afin d’éviter de mettre leur réputation en danger, ou de devoir supporter des dommages financiers. Les résultats de notre enquête montrent aux entreprises qu’il est temps d’agir dès maintenant, que ce soit en examinant les pratiques informatiques ou en consacrant du temps à améliorer le management. Et même si quelques différences subsistent entre les pays, partout dans le monde les employés sont unis dans leurs efforts pour éradiquer les comportements illégaux et contraires à l’éthique sur leur lieu de travail », poursuit-elle.

L’étude en résumé :

• Près d’un cinquième (15%) des employés des PME européennes sont au courant de pratiques illégales ou contraires à l’éthique au sein de leur entreprise.

• Le Royaume-Uni est le pays le plus propice à signaler des pratiques illégales on non éthiques, avec 82% des employés déclarant l’avoir déjà fait, ou être susceptible de le faire le cas échéant.

• Ce sont majoritairement les employés polonais qui se déclarent comme étant au courant de comportements inappropriés, parmi eux 22% affirment avoir connaissance de pratiques illégales ou non éthiques ayant lieu actuellement dans leur entreprise.

• Un quart des employés au Royaume-Uni se déclareraient prêts à signaler de mauvaises pratiques si une récompense financière leur est accordée, contre seulement 9% des employés espagnols.


Notes
Cette enquête a été menée par l’agence Opinium, entre le 16 février 2016 et le 24 avril 2017. Elle a interrogé 12 030 employés de bureau de PME (de 1 à 249 employés) installées en Italie, en France, en Espagne, en Allemagne, en Pologne et au Royaume Uni.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants