Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Denis Rémy, Commissaire général des Salons Cloud Computing World Expo et Solution Datacenter Management : " La question aujourd’hui n’est plus pourquoi le Cloud, mais comment le Cloud "

mars 2014 par Marc Jacob

La 5ème édition des Salons Cloud Computing World Expo et Solution Datacenter Management s’ouvre le mercredi 9 Avril.

A trois semaines de l’inauguration de ce qui est devenu le plus grand rendez-vous européen du marché, Denis Rémy, commissaire général des salons lève le voile sur les nouveautés 2014.

Qt : Vous êtes devenu un observateur privilégié de l’évolution du marché du Cloud et du Datacenter, quels sont les faits marquants de cette évolution ?

Denis Remy : D’abord la fin du round d’observation ! Celui où les DSI observaient les premières migrations vers le Cloud en tentant de se faire une idée plus précise du rapport risques bénéfices... C’était une préoccupation frappante dans les deux éditions précédentes, où les conférences qui avaient le plus de succès sont celles qui traitaient de la sécurisation des données ou du processus de migration du SI interne vers un Cloud privé ou public. Une période également où il était extrêmement difficile d’obtenir des témoignages de DSI et de retour d’expérience, on nous répondait toujours que « c’est trop tôt ».

Or ce que l’on constate depuis 10-12 mois c’est une accélération de plus en plus rapide des migrations vers le Cloud. En particulier dans les structures petites et moyennes qui ont été 20% de plus en 2013 à avoir basculé.

On ressent donc à la fois une évolution dans la structure du marché et dans les préoccupations des décideurs et des utilisateurs. L’évolution du Cloud a été boostée par ces offreurs, elle est aujourd’hui largement inspirée par les utilisateurs. Avec des centres d’intérêt pragmatiques : comment choisir son Cloud ? Comment démarrer vite en réduisant l’investissement ? Comment synchroniser ses données dans les Cloud pro et perso ? Pour résumer, on peut dire que nous sommes passés du pourquoi le Cloud à comment le Cloud... Cette évolution s’accompagne d’une libéralisation de la parole : des DSI ont enfin accepté de nous raconter leur expérience.

Qt : On imagine que les tables rondes et ateliers de l’édition 2014 vont répondre à cette évolution des centres d’intérêt...

DR : Oui, évidement ! D’abord dans le choix des sujets, beaucoup plus applicatifs que dans l’édition précédente : " Opex ou Capex, révolution, simple évolution ou solution gagnante ? ", " Business Intelligence, Big Data, SmartData ", " Cloud et mobile ", " L’automatisation DevOps " ou encore " Comment équilibrer sécurité, performances et très haute disponibilité ? "... Mais également dans le choix des intervenants : les 28 tables rondes et les 35 ateliers qui se dérouleront pendant deux jours accueilleront cette année de nombreux DSI qui viendront nous raconter leurs expériences... Mais en préparant les tables rondes, nous avons également senti qu’elles seront l’occasion de débattre de nouveaux enjeux : l’avenir est-il vraiment dans l’hybridation ? Quid des solutions multi-tiers ? Les services dans le Coud vont-ils devenir les arbitres du marché ? Mais également des sujets plus pratiques : la bureautique 100% Cloud, la mutation des business models liés au Cloud... Autant de sujets qui intéressent tout le monde : les prestataires de services comme les utilisateurs...

Qt : Que pouvez-vous annoncer d’autre ?

DR : Des chiffres en hausse : 5 000 mètres carrés contre 4 000 en 2013, donc de quoi accueillir plus d’exposants (ils seront probablement 150) et plus de visiteurs (nous en attendons 5 000), 130 speakers pour les 63 tables rondes et ateliers et une web TV pour retransmettre les événements, des interviews... En toute objectivité, on peut vraiment dire que ces deux salons sont devenus le plus grand événement du marché !




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants