Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Cyberoam : Les malwares de demande d’amis et les « j’aime » frauduleux sur Facebook irritent les utilisateurs trop confiants

novembre 2011 par Cyberoam

Cyberoam, une division d’Elitecore Technologies publie son rapport de tendances en matière de menaces sur Internet pour le mois d’octobre 2011, élaboré en collaboration avec son partenaire Commtouch. Un passage clé du rapport révèle que les éditeurs de malwares ont ciblé Facebook par le biais d’e-mails incluant des demandes d’ajout à une liste d’amis pour inciter les destinataires à télécharger un cheval de Troie bancaire.

En outre, des arnaqueurs publicitaires se sont servis du bouton Facebook « J’aime » — que l’on voit désormais partout — pour escroquer les utilisateurs, en leur proposant de recevoir des produits gratuits comme des iPhone 4. Non seulement ces arnaqueurs ont bénéficié d’une publicité gratuite grâce à la crédulité des utilisateurs Facebook, mais ils ont également pu obtenir des informations figurant sur les profils de ces derniers afin d’usurper leur identité.

« Les éditeurs de malwares et les arnaqueurs qui sévissent de nos jours connaissent par cœur le comportement des utilisateurs Facebook. Bon nombre d’entre eux sont des personnes intelligentes, mais ne se méfient pas particulièrement avant d’accepter une demande d’ajout à la liste d’amis de la part d’un inconnu ou avant de cliquer sur « J’aime » en espérant recevoir des cadeaux. Les cybercriminels vont continuer à concentrer leurs attaques sur les réseaux sociaux en exploitant les faiblesses de chacun d’entre nous », a déclaré Abhilash Sonwane, vice-président responsable de la gestion des produits chez Cyberoam.

En outre, nous avons assisté ce trimestre à un retour en force des e-mails frauduleux, avec d’importantes attaques en août et en septembre. Au plus fort de cette vague d’attaques, près de 25 milliards de ces e-mails ont été envoyés en un jour.

Les arnaqueurs se sont également servis de pièces jointes frauduleuses utilisant le « right-to-left override », technique visant à tromper les utilisateurs Windows qui n’affichent pas ou ne prêtent pas attention aux extensions de fichier. L’Inde demeure la première destination fantôme au niveau mondial. Le Brésil, quant à lui, chute à la troisième place.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants