Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Conférence IDC, le quarté gagnant de 2010 : DLP, IAM, sécurité des applications Web et le SaaS

février 2010 par Marc Jacob

Après la rapide introduction de Didier Krainic, DG d’IDC France, Eric Domage, Directeur Etudes et Conseils, IDC Europe a dressé un panorama du marché de la sécurité français et donner les principales tendances pour la période de 2010 à 2013.

Didier Krainic, DG d’IDC France

En 2009, le marché de l’informatique et plus particulièrement de la sécurité a marqué une régression de 3,2% avec une baisse plus marquée pour le hard avec -6,4%. La baisse du matériel est selon Eric Domage du entre autre à la baisse des prix des serveurs. En 2010, une reprise semble poindre avec une prévision de 0,1%. Bien sûr, cette croissance légèrement positive devrait être due au software et aux services en particulier aux solutions de managements de la sécurité. Bien entendu, ce n’est pas en 2010 que l’on retrouvera les croissances à deux chiffres des années précédentes.

Juste avant cette journée, IDC a procédé à un sondage auquel ont répondu les RSSI de 50 grandes entreprises. Les résultats sont éloquents : l’IAM devrait bénéficier d’une faible croissance sans doute due pour les répondants à la maturation des projets. Par contre, la sécurité du End Point, le DLP, la mise en œuvre des Directives Nationales de Sécurité et la sécurité des applications Web devraient voir leur budget croître.

Concernant les produits classique de sécurité périmétrique : antivirus, anti-spam, sécurité des e-mail, firewall… peu ou pas de croissance attendue. Les utilisateurs seraient par contre prêts à saisir toute opportunité de prix attractif à l’occasion des renouvellements des licences.

Enfin, le consulting avancé devrait trouver son marché du fait de la complexité de la sécurité.

Revenant sur le DLP son enquête montre quelques incohérences en particulier, il semblerait que les entreprises ne perdraient pas de donnée, pourtant elles avouent à plus de 80% que des PC ou des Smartphones auraient été perdus ou égarés. 74% d’entre elles estiment que la menace la plus grave en cas de perte est la perte de données… Pourtant la cryptologie n’est utilisée que dans 1/3 d’entre elle. Il s’est d’ailleurs étonné du niveau bas du nombre d’entreprises utilisant cette technologie pourtant souvent embarqué dans les PC via par exemple Windows...

Eric Domage

Eric Domage pour conclure son intervention a présenté son TOP 10 des prédictions d’IDC pour 2010 :

1) Plus de dépense pour le DLP, l’IAM, la sécurité des applications Web et le SaaS

2) La sécurité de la virtualisation devrait être de plus en plus prise en compte

3) La sécurité du Cloud devrait être mieux expliquée aux utilisateurs pour passer « du brouillard au nuage ! »

4) La « sécurité doit être moulé et non agrafée » c’est-à-dire prévu dès l’origine des projets et non rajoutée comme une couche supplémentaire.

5) On va de plus en plus vers la Co-opétition c’est-à-dire le travail de compétiteurs pour proposer des offres communes comme Cisco et RSA, RSA et Microsoft…

6) L’irruption des gouvernements dans la sécurité comme en France l’ANSSI/DNS, ou encore comme on le voit dans le Livre Blanc de la Défense Nationale où l’informatique est considérée comme une arme.

7) Les régulations fortes qui conduisent avec des punitions exemplaires devraient arriver en France comme on le voit déjà au Royaume-Uni avec par exemple la récente affaire HSCBC qui avait transféré des fichiers clients dans l’une de ses filiales : résultat une amande de 3,5 millions de £. En Allemagne et en Espagne les législations en ce domaine se renforce déjà.

8) Le DLP et l’IAM se diffusent de plus en plus dans les technos. On voit déjà le DLP arriver dans les réseaux comme avec les offres McAfee, Symantec, ou encore PGP.

9) Le marché du SMB devient l’enfer du devoir ! dans les PME on se focalise aujourd’hui sur le management des produits de sécurité acquis dans un passé récent.

10) La montée des « freemiums » chez le particulier et dans les TPE/PME. C’est à dire des outils de sécurité gratuits.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants