Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Boris Sharov, Sergey Komarov et Pierre Curien, Doctor Web : Le Mal du cyberespace ne connait pas de frontrières

janvier 2013 par Marc Jacob

Pour Boris Sharov – CEO, Sergey Komarov – Chef du Département Recherche & Développement et Pierre Curien – DG France de Doctor Web le mal qui existe dans le cyberespace ne connait de frontière. Ainsi, les entreprises se retrouvent désarmées devant ce fléau. C’est en résumé très succin le message que Doctor Web défendra lors de la table ronde à laquelle cette société participera lors du FIC 2013.

Global Security Mag : Vous allez participer à une table ronde lors du FIC, pouvez vous nous donner un bref aperçu du thème abordé et votre point de vue sur la question ?

Boris Sharov : Le mal qui existe dans le cyber-espace ne connait pas de frontières. Nous, qui avons inventé des visas pour nous déplacer de pays en pays et qui inventons de plus en plus d’obstacles pour pouvoir les obtenir, nous nous sommes retrouvés désarmés devant cette force puissante dont on ne connait même pas le visage. On les désigne comme hackers, ces individus qui nous menacent a chaque instant a l’abri de leurs VPNs, jabbers, messages chiffrés, mais on a une notion très vague de qui ils sont dans leur vie réelle. Les combattre sans les connaitre est impossible. Ils sont, peut-être, différents de pays en pays, ils sont peut-être tous les mêmes - et pour le savoir précisément cette table ronde dans le cadre du FIC2013 me semble une excellente occasion de partager l’information a l’échelle internationale.

GS Mag : Quelles sont les nouvelles menaces que vous avez identifié pour 2013 ?

Sergey Komarov : Nous n’avons pas identifié de menace spécifique pour 2013, si ce n’est des échantillons de centaines de nouveaux malwares chaque jour ! Globalement, la tendance est aux exploits, ransom malware, trojans bancaires, spmabots…

GS Mag : Comment va évoluer votre offre en regard de ces nouvelles menaces ?

Sergey Komarov : Nous devons analyser des nouvelles menaces chaque jour et cela nous oblige à rechercher, développer et offrir à nos utilisateurs de nouvelles technologies de détection et de neutralisation des malwares. Nous sommes engagés quotidiennement dans cette recherche.
En plus des mises à jour constantes des bases virales, nous effectuons jusqu’à dix mises à jour des modules de nos produits par semaine. Un éditeur d’antivirus doit être capable d’être très réactif face à la quantité considérable de nouvelles menaces, afin de protéger ses utilisateurs.

GS Mag : Quelle sera votre stratégie commerciale pour 2013 ?

Pierre Curien : Une de nos objectifs cette année est d’accroître notre présence auprès des grands comptes dans une démarche de services autour de la veille, de l’analyse virale et de la prévention des risques.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Pierre Curien : Que la force soit avec vous !

Plus sérieusement, nous souhaitons dire aux RSSI qu’en plus, ou en parallèle, de l’outil antivirus proprement dit qu’ils utilisent, nous pouvons leur apporter une expertise en matière d’analyse des risques, ce qui leur permet de construire une politique de sécurité antivirale adaptée à leurs besoins spécifiques et à leurs problématiques, utile également à la politique de sécurité globale de l’entreprise.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants