Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Avis de tempête sur les risques liés à la cybercriminalité selon une étude d’AVG Technologies

septembre 2011 par AVG

Une nouvelle étude commanditée par AVG Technologies, éditeur de solution de sécurité internet, révèle comment l’explosion en nombre et en complexité de la cybercriminalité, combiné à l’étonnante insouciance des jeunes utilisateurs, peuvent mettre des vies en danger.

Cette étude, menée par The Future Laboratory, révèle qu’alors que les hackers et les programmes malicieux sont de plus en plus sophistiqués et difficiles à détecter, les utilisateurs sont, de façon alarmante, de moins en moins vigilants quant à leur protection en ligne. La combinaison de ces deux facteurs constitue un scénario catastrophe potentiel.

Le phénomène des « wetwares » mis en lumière dans ce rapport indique que le maillon faible de la chaîne de sécurité n’est pas la technologie mais plutôt l’élément humain. L’augmentation des risques ne vient donc plus seulement des softwares ou des hardwares mais, de plus en plus du comportement des utilisateurs (wetware).

Un tiers des Européens interrogés par AVG et Future Poll ne fait pas de mise à jour de leur protection antivirus. Les hackers semblent concentrer leurs actions sur le facteur humain plus que sur les machines, trompant l’utilisateur en l’incitant à télécharger et à installer des logiciels malveillants en se faisant passer pour un antivirus reconnu ou pour une autre source connue. Ces moyens employés pour pénétrer dans un ordinateur déjouent les vérifications habituelles de sécurité et transforment effectivement les « wetwares » en maillons faibles.

Les points clé de ce rapport :

- Le cyber crime est en expansion car les outils et les tactiques utilisées précédemment par les hackers pour perturber les appareils et les réseaux ont été monétisés par les réseaux criminels via les fraudes bancaires et l’usurpation d’identité.

- Les Smartphones ne sont plus de simples téléphones, ce sont des mini PC, et les utilisateurs ne réalisent pas pleinement que cela les rend donc très vulnérables. Seul 4% des internautes et des utilisateurs français de Smartphones se sentent concernés par les virus pour mobile. De l’argent peut être soutiré sans que l’on s’en rende compte par un SMS surtaxé, crime que la plupart des utilisateurs est incapable de détecter.

- Bien que conscient de la nécessité d’avoir une protection, un dixième des personnes interrogées oublient de faire les mises à jour. Pire, le groupe des 18-35 ans (souvent cité comme les plus conscients au niveau digital) est particulièrement laxiste sur ce sujet.

- L’Intégration d’internet aux systèmes physiques est en pleine expansion et nous rend vulnérables aux attaques. « L’internet des objets » sera bientôt partie intégrante de notre monde connecté et offrira aux hackers tout un champ de nouvelles possibilités pour faire des ravages.

« Il est évident que les cybers criminels sont de plus en plus sophistiqués, tant dans la programmation que dans les méthodes. L’idée selon laquelle ils ciblent désormais les wetwares et ne se limitent plus à l’utilisation des failles des logiciels est inquiétante. Elle attend une réponse de notre part en améliorant la vigilance des utilisateurs sur les programmes malicieux pour qu’ils ne se laissent pas tromper, » déclare le Dr Antonia Ward de The Future Laboratory, auteur de ce rapport.

« L’impact potentiel du cyber crime ne doit pas être sous estimé. Après la crise financière de 2008, l’OCDE à entamé le réexamen des possibles crises globales. Aux menaces de crise financière, de pandémie et de troubles sociaux, ils ont ajouté pour la première fois les cybers risques, » déclare JR Smith, Président Directeur Général d’AVG Technologies. Le gouvernement britannique à alloué 63m£ pour combattre la cybercriminalité cette année. »

« Il est de plus en plus évident que chaque individu non protégé nous rend tous plus vulnérable, il est donc vital de trouver des moyens de répondre à cette tendance et de s’assurer que tout le monde soit protégé. Nous protégeons la vie digital où comme nous aimons à dire nous fournissons la tranquillité d’esprit au monde connecté. »

« Selon cette étude, la génération qui à grandit en ayant conscience des menaces digitales est paradoxalement la génération la plus imprudente concernant sa sécurité en ligne. Au Royaume-Uni, près de la moitié des 18-35 ans n’effectue pas les mises à jour de leur protection antivirus. En vieillissant, ces jeunes vont améliorer leur situation financière et leur position sociale, occuper des postes à responsabilité. S’ils continuent à ne pas se protéger, nous pourrions assister à un véritable désastre d’ici quelques années qui pourrait affecter non seulement les données personnelles mais aussi les entreprises et les gouvernements. »

5 scénarios clé identifiés par ce rapport :

Piratage automobile – Des hackers pourraient prendre le contrôle de votre voiture, débloquer les portes, contrôler les informations du tableau de bord et même des freins.

Evasion – Des prisonniers pourraient s’échapper en utilisant simplement une clé USB.

Santé – Des saboteurs pourraient menacer les technologies médicales dont nous dépendons tous pour nous soigner.

Repérages et pannes – De l’extérieur, des cambrioleurs pourraient surveiller vos activités chez vous et reprogrammer votre système de sécurité.

Piratage des réseaux Smart Grid – Des escrocs ou des terroristes pourraient trouver le moyen de pirater les réseaux Smart Grid.


Le rapport complet : Cybercrime_Futures

A propos de l’étude : AVG a mandaté The Future Laboratory pour cette étude « white paper ». En complément de la recherche qualitative, une recherché quantitative à été menée par Future Poll. Future Poll est une division de recherche de The Future Laboratory, une agence conseil européenne d’analyse des tendances, prévisions, innovations des marques. Par son réseau on line, LS:N Global, consulte régulièrement par jour, semaine et mois, 300 clients de 14 modes de vie différents.

Cette étude à été mené en ligne en août 2011, 7,000 personnes âgées de plus 18 ont été interrogées en France, Allemagne, Italie, Pologne, Russie, Royaume-Uni et en République Tchèque. Sauf avis contraire, toutes les statistiques de ce rapport se réfèrent à cette étude et doivent donc être mentionnées ainsi : « Future Poll pour AVG Technologies, 2011 ».




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants