Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Akamai : Deuxième trimestre 2008 "agité" du côté des attaques sur le Web

septembre 2008 par Akamai

Akamai Technologies, Inc. publie son deuxième rapport trimestriel sur « l’état des lieux de l’Internet ». Le rapport fournit une vision des principales données de l’Internet, qu’il s’agisse de l’origine des attaques de trafic, des pannes de réseau ou des niveaux de connectivité haut débit à travers le monde.

cours des mois d’avril, de mai et de juin 2008, plus de 346 millions d’adresses IP uniques se sont connectées au réseau planétaire de serveurs Akamai, soit 5 % de plus qu’au cours du premier trimestre 2008. Par extrapolation des données recueillies sur le réseau Akamai, le rapport analyse l’origine des attaques de trafic, les pannes réseau et les ruptures des accords de peering (de-peering). Il donne également une vue de la connectivité haut débit par zone géographique. Et parce qu’Akamai publie aujourd’hui la deuxième édition de son rapport trimestriel, il est désormais possible d’analyser l’évolution des tendances, d’un trimestre sur l’autre.

Le rapport se concentre notamment sur les attaques par déni de service (DDoS) qui continuent de cibler les failles informatiques (exploits). Cette information indique qu’il existe encore aujourd’hui une importante population de systèmes insuffisamment « patchés » parmi les systèmes connectés à Internet.

Du point de vue des protocoles, le rapport souligne une augmentation des capacités de résolution DNS et une avancée vers la mise en place de nouveaux domaines. De part le niveau de visibilité unique du réseau Akamai, le rapport identifie les pays affichant les vitesses moyennes de connexion les plus élevées et les moins élevées. Pour obtenir ces résultats, Akamai s’appuie plus précisément sur les vitesses de connexion enregistrées par les adresses IP en provenance de chacune de ces zones géographiques.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants