Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Air France confie à APL la conception de son datacenter

octobre 2016 par Emmanuelle Lamandé

Air France confie la maitrise d’œuvre de la rénovation et rationalisation d’un de ses datacenter, d’une superficie de 1 000 m2 à APL, avec pour objectifs majeurs l’amélioration de la continuité de service (évolution vers un TIER IV), la performance énergétique (PUE cible inférieur à 2) et la réduction des coûts globaux d’exploitation.

Créé en 1977, ce centre informatique d’Air France accueille quelque 800 personnes et concentre les activités de développement et de production d’applications stratégiques pour la compagnie aérienne (gestion et enregistrement des passagers et des bagages, affichages en aéroport, gestion du fret, etc.).

Malgré les aménagements opérés au fil des années et le remplacement régulier des composants informatiques et techniques (groupes électrogènes, câblage, racks, onduleurs, etc.), une rénovation complète s’avérait indispensable après 40 ans d’exploitation. En parallèle, dans le cadre de ses démarches RSE, Air France est certifié ISO 14001 et a pour ambition de réduire ses consommations électriques de 2% par an pendant 10 ans. La conception des anciennes salles informatiques ne permettait pas une telle amélioration de la performance énergétique.

La miniaturisation et la virtualisation des technologies ayant permis de libérer 1 000 m2 de salle sur les 3 000 disponibles sur le site, la compagnie décide donc en 2012 de concevoir de toutes nouvelles salles. Elle organise quelques mois plus tard un appel d’offres pour la maîtrise d’œuvre regroupant à la fois les aspects techniques (pré-câblage VDI, protection incendie, installation des racks informatiques…) et énergétiques (systèmes d’alimentation électrique et de refroidissement).

« Nous avons volontairement défini les grands objectifs : capacité à gérer la maitrise d’œuvre sur tous les lots techniques et énergétique en conception et en réalisation, évolutivité vers un TIER IV, PUE cible inférieur à 2, réduction des coûts d’exploitation, garantie de continuité de service pendant toute la durée des travaux… Mais avons laissé une très grande latitude aux bureaux d’études consultés sur les solutions qu’ils pouvaient apporter », indique Bertrand Dollet, adjoint-chef de centre et responsable datacenter.

Au terme de la phase d’appel d’offres, c’est le projet présenté par APL qui est retenu par Air France, en 2014. Commence alors la phase de conception : les 1 000 m² de salles informatiques consommeront une puissance électrique initiale de 350 kW pour les matériels informatiques et disposeront d’une capacité de 800 kW électrique Haute Qualité et de 1 MWf pour le refroidissement. Les équipements techniques redondés permettront de faire évoluer le site vers un niveau TIER IV.

« Pour le volet énergétique, les ingénieurs APL ont étudié la faisabilité et nous ont proposé un comparatif des solutions techniques de refroidissement envisageables (free cooling, free chilling…), chiffrées en coûts d’investissement et en coûts d’exploitation. Nous avons opté pour un groupe froid avec récupération de chaleur pour chauffer 8 500 m² de bureaux », explique Bertrand Dollet. Le PUE, qui s’élevait à 2,9 avant la rénovation et l’urbanisation des salles serveurs, va évoluer à moins de 2 à charge cible.

Un coefficient PUE qui ne tient pas compte du système de récupération de chaleur pour les locaux tertiaires, dont le retour sur investissement a été évalué à 4 ans seulement, ni à l’arrêt de la chaudière à gaz, devenue caduque, qui représente une économie énergétique évaluée à environ 500 000€ sur 10 ans. Les investissements réalisés par Air France pour réduire l’impact environnemental de son datacenter ont fait l’objet d’un dossier auprès de l’ADEME, qui a accordé à la compagnie aérienne une subvention d’un montant 120 000€.

Alors que le projet de rénovation est entré dans sa dernière année, « nous sommes pleinement satisfaits de la façon dont APL a mené le projet : études, consultation et choix des différents entreprises, conduite des travaux et suivi rigoureux du programme. Aucun report majeur n’est à déplorer. Les nouvelles salles ont été livrées en juillet 2016. Nous nous donnons ensuite un an pour transférer progressivement les matériels informatiques », conclut Bertrand Dollet. Après la livraison, APL procédera au transfert des compétences et à la remise de la documentation technique permettant d’exploiter le site. Un suivi de la réduction effective du PUE sera mis en place, en étroite collaboration avec le personnel du centre.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants