Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

ACI Worldwide – Etude sur la fraude à la carte bancaire : seul 1 Français sur 5 se dit victime en 2010

février 2011 par ACI Worldwide

ACI Worldwide, fournisseur international en systèmes des paiements, présente les résultats 2010 de son étude internationale sur la fraude à la carte bancaire. Ainsi, près d’un tiers (29%) des consommateurs de huit puissances économiques (Allemagne, Australie, Brésil, Chine, Dubaï, Singapour, Royaume-Uni et USA) disent avoir été victimes d’une fraude à la carte bancaire dans les 5 dernières années. A l’été 2009, ce chiffre était inférieur à 1 personne sur 5 (18%)[i]. Cependant, un fait est à mettre au crédit des institutions financières, 79% des victimes sont satisfaites du traitement et de la réponse qu’elles ont obtenue de leurs institutions financières, ce chiffre atteignait la barre des 75% en 2009.

Menée en décembre 2010, l’étude révèle que le constat est plutôt positif pour la France, comparés aux autres pays étudiés. En effet, moins d’1 Français sur 5 (19% des interrogés) se dit avoir été victime d’une fraude à la carte bancaire. La France se place ainsi au pied du podium devancée de peu par la Suède (17% de victimes de fraude), de façon plus significative par l’Allemagne (13%) et les Pays-Bas largement en tête de ce « classement » (11% de victimes de fraudes). La France est loin devant ses voisins d’outre-Manche ou transalpin (respectivement 33% et 27% de victimes de fraude). La lanterne rouge de ce classement est tenue par la Chine, dont 43% de la population a subi une fraude à la carte bancaire.

Une réponse satisfaisante des établissements financiers

Parmi les 19% de victimes françaises de fraude à la carte bancaire, 79% sont contents du traitement et de la réponse de son institution financière. Ce pourcentage place la France dans le wagon des “bons élèves”. Sur ce point, l’Australie domine largement avec seulement 10% de consommateurs mécontents suivis de près par les USA avec 12% de mécontents, loin, très loin devant Dubaï et l’Inde en queue de classement (respectivement 38% et 41% de mécontents).

Selon l’étude, sur l’ensemble des 4 200 consommateurs interrogés dans les 14 pays (l’étude 2010 couvre les 8 pays précédemment cités et a été élargie à 6 pays supplémentaires : Canada, France, Inde, Italie, Pays-Bas et Suède), 41% quitteraient ou envisageraient de quitter leur établissement bancaire suite à une fraude à la carte bancaire. Alors qu’en France, seulement 5% des personnes interrogées imaginent quitter leurs institutions financières s’ils étaient victimes d’une telle fraude ! Une fidélité rare parmi les 14 pays étudiés, les Pays-Bas sont là encore en tête ex-æquo avec la France, le podium étant complété par la Suède et la Canada ex-æquo (7%) et le Royaume-Uni (11%).

Parmi les facteurs de satisfaction suite à une fraude à la carte bancaire, on retrouve en tête pour la France la rapidité de remboursement de l’argent frauduleusement perdu pour 35% des interrogés ; l’identification en amont par l’institution financière de la fraude (26%) et la célérité avec laquelle la carte a été remplacée (21%). C’est une tendance largement partagée parmi les autres pays interrogés avec une distinction nord-américaine. En effet, tant les consommateurs américains que canadiens préfèrent que leurs institutions financières agissent en amont pour identifier une potentielle fraude (respectivement 40% et 39%) plutôt que d’être remboursés au plus vite (32% et 26%).

Le secteur bancaire peut s’enorgueillir de cette donnée : 81% de l’ensemble des personnes interrogées font confiance aux institutions financières pour les protéger des fraudes à la carte bancaire. Seulement 19% estiment que les banques pourraient en faire bien plus. Ainsi, 84% des Français sont « contents » ou « très confiants » envers leurs établissements financiers dans ce domaine. Par contre, les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) et le Moyen-Orient attendent plus de la part de leurs institutions financières : 42% de Chinois, 29% des Brésiliens et 25% des Dubaiotes ont peu ou pas confiances.

S’agissant des montants perdus par voie frauduleuse, les consommateurs français ne sont pas les plus à plaindre,. Les sommes restent d’ailleurs assez modestes puisque pour 53% d’entre elles culminent à 200 euros ; et seuls 12% des Français perdent plus de 1000 euros. Plus de 1000 euros, c’est ce que 50% des Indiens, 47% des Dubaiotes et 42% Suédois ont perdus.

Jean-Michel Schneider, Responsable commercial chez ACI Worldwide France, indique : “Il est établit que les institutions financières et leurs partenaires travaillent sans relâche pour lutter contre la fraude à la carte et protéger les consommateurs. Les efforts se paient en satisfaction. Ceci dit, la fraude est en constante évolution, et dans le futur, l’industrie devra apporter une attention particulière à l’identification des vols/usurpations d’identité et à l’assistance aux victimes afin de maintenir cette satisfaction. ACI est à l’avant-poste de cette lutte en fournissant à plus de 160 institutions internationales de paiements des solutions permettant aux consommateurs et aux entreprises de ne pas être des victimes de délit financier”.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants